LES SORTIES CULTURELLES

 

 

------

 

Giverny
Troyes et Lusigny sur Barse
Vaux-le-Vicomte, Maulnes et Tanlay
Bussy en Othe et Barbizon

 

 

------

 

 

Sortie 2008 à Giverny (Eure)

Le samedi 24 mai 2008, quelques adhérents de l'AAAA ont eu l'opportunité de participer au voyage organisé par l'Association des "Ateliers d'Arts plastiques d'Héry" pour une visite de la Fondation Claude Monet à Giverny, berceau de l'Impressionnisme.

Parti vers 7h00 d'Héry, le groupe avait rendez-vous à 10h00 au Musée d'Art Américain pour une visite guidée.

Deux expositions y étaient alors présentées: "Portrait of a lady" et "Le temps des Loisirs".

Musée d'Art Américain

La première rassemblait une fascinante collection d’une soixantaine de portraits de femmes réalisés autour de 1900 (peintures et photographies) par des artistes impressionnistes américains. Le groupe était fasciné devant les oeuvres de John White Alexander, Thomas Wilmer Dewing, John Singer Sargent et Richard E. Miller.

Dans la deuxième moitié du XIXe siècle les artistes américains nous initient à l’une des grandes inventions de l’ère moderne, les loisirs et dépeignent une société perpétuellement en vacances dans des sites de campagne. Une soixantaine de tableaux, dont, entre autres, les oeuvres de Edmund Tarbell (scènes de plein-air), Edward Henry Potthast et Samuel Carr (Scènes de plage), Charles Courtney Curran (Jardin du Luxembourg), constitue cette deuxième exposition.

 

La Fondation Monet

L'après-midi était consacré à la découverte des appartements de la maison au crépi rose de Claude Monet, où il vécut de 1883 à 1926.

Toutes les pièces ont conservé leur décor intérieur coloré : Cuisine de faïence bleue, salle à manger jaune, chambres décorées d'estampes japonaises de Madame et de Monsieur et l'inévitable atelier. Chaque tableau et bibelots décorant ces pièces sont restés à l'identique comme en témoignent des photographies d'autrefois.

 

Face à la maison s'étend un magnifique jardin, le Clos Normand, constitué de plates-bandes rectilignes plantées d'ifs et d'une multitude de variétés de fleurs dont des iris, pavots, glaïeuls, pieds d'alouette, clématites et rosiers grimpants.

Plus bas, le Jardin d'eau et son célèbre pont japonais surmonté de glycines est bordé de saules de Babylone, de plantes de terre de bruyère, fougères, rhododendrons et d'azalées.

L'étang, planté de toutes variétés de nénuphars, a eu une importance capitale dans les œuvres de Claude Monet.

 

Haut de page

-------------

 

 

Sortie 2007 à Troyes et Lusigny sur Barse

 

En cette belle journée d’automne du dimanche 23 septembre, nous étions quelques uns de l’AAAA, à nous rendre, « dans le bouchon de Champagne »* à TROYES,  pour une visite culturelle ! Joignant la convivialité à la découverte, munis d’audio-guide, nous avons suivi dans ce centre historique  le « Parcours des Chats » !

 

Nous avons emprunté, tour à tour ses rues pavées d’où se dressent fièrement de nombreuses maisons à encorbellements et à pans de bois sculptés, découvrant successivement de nombreuses  places toutes aussi charmantes les unes que les autres ! Passant  par la « Ruelle des chats », admirant dans ce  dédale de petites rues étroites, les vestiges d’une civilisation riche et commerçante, nous avons contemplé également les édifices administratifs qui conservent encore toute l’histoire moyenâgeuse de cette cité !
Les églises sont encore nombreuses dans la ville : Cathédrale St Pierre ; Eglise Saint Jean, Urbain IV, de la Madeleine, etc... De nombreux puits sur les places ornent encore ces endroits de rencontres et de commerces et rappellent l’activité de la ville. Notre parcours nous amène dans le musée « de l’Outil et de la Pensée Ouvrière » où près de 8000 outils exposés (près de 20000 en stock), et  restaurés par les Compagnons du Devoir composent un hymne aux métiers manuels, notamment dans le travail de la pierre, du bois, du fer, du cuir, etc... (grands rabots, vilebrequins, râpes, maillets)

Après deux heures de découverte, dans la ville, nous avons pu nous détendre autour d’un pique nique, chez notre guide et organisatrice, Jocelyne Vexenat. Ce fût un moment chaleureux ou chacun de nous  a pu échanger  son impression matinale !

 

Le circuit de l’après midi, nous a conduit à LUSIGNY sur BARSE, dans un  village du parc régional de la Forêt d’Orient, où, dans une immense grange médiévale restaurée, trois artistes aux techniques différentes  nous ont accueillis chaleureusement.

Trois démonstrations magistrales pour nous faire  partager leur  amour de l’art dans les domaines suivants :

Sculpture à la cire perdue pour création de statuettes en fonte ;  initiation à la peinture asiatique, école coréenne, pour la découverte de la technique à l’encre ; technique du « batik » (par Daniel André) qui consiste à peindre sur la soie en réservant des espaces pour la conservation des couleurs posées en première couche.

 

MUSEE d’ART MODERNE DE TROYES

Nous avons ensuite regagné le MUSEE d’ART MODERNE à Troyes, installé dans l’ancien évêché du XVI – XVII et XIXème,  qui offre aux amateurs de grand ART, une belle collection de près de deux mille œuvres ! Les Arts Décoratifs  sont  représentés par d’importantes collections de verreries et de céramiques principalement du troyen Marinot ; l’Art Africain est représenté par un  bel ensemble de sculptures  (Fénéon et P. Guillaume).

Les noms de Degas, Despiau, Maillot, Rodin, Gimond, Bonnard, Wouters, Czaky,  Picasso, Zadkine et Derain (avec son ensemble complet de bronzes) illustrent le domaine de la sculpture, que l’on découvre également dans le parc de cet édifice.
La peinture constitue l’aspect le plus significatif de ce musée qui s’étend depuis le XIXème avec, Courbet, Millet, Daumier, Degas, Seurat, jusqu’aux années 25, La Fresnaye, André Mare, Charles Dufresne, Boussingault, Dunoyer de Sergonzac et Modigliani.

A noter enfin, que cette collection magnifique a pu voir le jour, grâce au don en 1976, de l’industriel bonnetier troyen, Pierre Levy et de son épouse Madame Denise Levy.

Devant de telles œuvres picturales et sculpturales, chacun de nous,  à son rythme et selon sa propre sensibilité, a pu apprécier et se laisser emporter dans un  monde de rêve  …nous ne pouvions pas en ressortir indifférent !

La visite s’est achevée autour d’un verre de l’amitié dans un bel  échange artistique de tous ces regards partagés… songeant déjà au prochain voyage en 2008 !

 
(Photos et texte de Bruna Albarello)

Haut de page

 

-------------

 

Sorties 2006:
 
- Vaux le Vicomte
 
Le samedi 10 juin 2006, quelques adhérents de l'AAAA rejoignèrent les amis artistes des "Ateliers d'Héry" pour participer au voyage organisé à Vaux le Vicomte.
La matinée fût consacrée à la visite de l'exposition interactive André Le Notre, dans les caves voûtées du château, puis à une promenade dans les "jardins à la française".
L'après-midi, les visiteurs ont pu accéder aux appartements du château, (demeure de Nicolas Fouquet), qui abritent de somptueuses tapisseries et de remarquables sculptures.
 

 

- Abbaye cistercienne de Quincy (89)

 

Le dimanche 24 septembre 2006, l'association proposait une "journée évasion".
Malgré un ciel menaçant, un petit groupe s'élançait alors sur les routes du Tonnerrois pour se retrouver sur des lieux historiques.
 
Vers 9h00, le groupe était accueilli par Maude pour découvrir l'historique de cette abbaye du XIIème siècle et suivre une visite guidée des différents batiments.

Quincy2.jpg

Le batiment des moines

Fondée en 1133 par des moines venus de Pontigny, l'abbaye connue un plein essor vers 1230.
Le monastère, pouvant accueillir plus de 200 moines, possédait une église, 14 granges, 6 à 7 moulins et des celliers hors enclos abbatial.
C'était les convers qui s'occupaient des exploitations.
A ce jour, seuls quelques batiments sont ouverts au public depuis 1999. (Batiment des moines, hostellerie).
Les autres batiments et la nef de l'église furent ravagés par un incendie criminel en 1568.
 
 
Vendue comme bien national après la Révolution, l'abbaye fut transformée en carrière de pierres, avant d'être rachetée en 1822 par le Marquis de Tanlay. Depuis 1926, elle est classée Monument Historique.

 

 

- Château de MAULNES

Maulnes2.jpg

La face Nord du Château

Le château de Maulnes, unique en France par son tracé pentagonal, présente la particularité d'être organisé autour d'un escalier central bâti autour d'un puits.
Une galerie reliait alors à l'époque le château au bâtiment semi-circulaire abritant les communs.
Maulnes3.jpg
 
On prête sa construction à Serlio, un architecte italien de la Renaissance.
Le château, à l'origine un pavillon de chasse au coeur de la forêt, fut achevé avant 1576 avec le financement d' Antoine de Crussol, Duc d'Uzès.
En 1997, le Conseil Général de l'Yonne décide de le racheter pour le sauver de la ruine et de l'oubli. Des travaux d'extrême urgence furent alors réalisés pour le mettre hors d'eau.
 
A l'intérieur, on trouve encore des vestiges de fresques dans l'une des pièces de bains.
Les salles principales étaient équipées de remarquables cheminées.
 

 

Haut de page
--------------
 
 
SORTIES 2005
 
 
La première visite organisée par l'association a eu lieu le dimanche 15 mai 2005 après-midi.
 Au programme:
 
- Visite de l'atelier de sculpture et céramique de Lydia MENZEL - KRILOFF
 

Originaire de Strasbourg, l'artiste s'est installée depuis quatre ans à Bussy en Othe, au nord de Migennes.

Formée par un maître céramiste Bourguignon, Daniel de Taizé, elle réalise des poteries aux multiples reflets de couleurs, mais également des sculptures en terre de Puisaye.

 
En quête de créations, Lydia nous a tous passionnés en nous présentant ses tests d'émaillage à base de cendres de différentes essences classiques (chêne, fresne), mais également originales (pain, marc de café ou de thé...). Les effets sont intéressants selon les essences utilisées et les types de cuisson. L'entretien s'est achevé par la visite de l'atelier et de la pièce de cuisson avec le four électrique et le four à gaz pour les réductions.
 
 
  
 
- Visite du monastère Orthodoxe Notre Dame de Toute Protection
 
 Le groupe a été accueilli dans le réfectoire du monastère, ancienne grange restaurée, attenante à la demeure principale.
Après un rappel sur l'origine de l'icone, la soeur, responsable de l'atelier, nous a dévoilé sa conception dans la pure tradition Bysantine: Les pigments de couleurs sont mélangés à une solution à base de jauneCette peinture est ensuite appliquée, par couches successives, sur un panneau de bois creusé et recouvert de toiles enduites de "Blanc d'Espagne", d'oeuf, d'eau et de vinaigre.

 

Mère Anne nous a ensuite fait visité la nouvelle église ornée de fresques murales, complémentaire à la chapelle de l'ancienne bergerie.
Elles y abritent une multitude d'icones religieuses déposées en dons lors du passage de fidèles venus de pays lointains.

---------

 

- Voyage à Barbizon (77)

Le dimanche 25 septembre 2005, c'est un groupe de 25 personnes qui participa au premier voyage organisé par l'Association des Amis des Arts de l'Auxerrois. Le transport était assuré en car, mais le beau temps n'était pas de la partie.

A 10h00, nous étions accueillis à l'auberge Ganne ou un guide conférencier nous a fait visité le musée de l'école de Barbizon, puis la maison-atelier de Théodore Rousseau.

Après un déjeuner pris à l'abri de la pluie pour certains, l'après-midi libre a permis aux visiteurs de fréquenter les galeries d'art du village, avant de reprendre le chemin du retour vers 16h30.

Découvert par Corot, Barbizon, modeste village de bûcherons, devint la patrie d'une colonie de peintres qui s'installe chez l'épicier du village, le "Père Ganne" qui transforma sa maison en auberge de fortune.
 
La majorité des artistes venus du monde entier, venaient travailler en forêt de Fontainebleau de 1830 à 1875.
Ces précurseurs changèrent l'histoire de la peinture; C'est la révélation des paysagistes.

 

L'Auberge Ganne fut alors le lieu de rendez-vous des artistes qui y prenaient pension: Théodore Rousseau, Jean-François Millet, Narcisse Diaz de la Péna...Aujourd'hui, l'auberge abrite le musée de l'Ecole de Barbizon.Au rez de chaussée, l'épicerie est reconstituée avec son mobilier d'origine, en s'inspirant de l'oeuvre de Ludwig Knaus et de documents d'archives.Dans la pièce adjacente, la salle à manger des artistes, on peut y admirer un buffet bas aux portes peintes de victuailles et de vaisselle de la mère Ganne.A l'étage, les murs blancs de la chambre-dortoir des artistes laissent apparaitre des fragments de peintures et des dessins réalisés par les pensionnaires.
Dans les pièces voisines, sont exposés actuellement les oeuvres des peintres paysagistes et animaliers, dont un tableau de Théodore Rousseau, "la butte des charbonniers", (prêté par le musée d'Orsay), ou"La couseuse" de Jean-François Millet, (prêté par le musée du Louvre).
A Barbizon, Millet pris ses modèles parmis les paysans travaillant la terre.
 
Ainsi naissaient les chefs d'oeuvres célèbres tels que "L'Angélus" ou "Les Glaneuses".

"Les glaneuses" (J.F.Millet)

Théodore Rousseau et Jean-François Millet acquirent ensuite au village leurs maisons qu'ils transformèrent en ateliers.

La maison-atelier de Rousseau, abrite le musée annexe où sont exposés actuellement des barbotines et des grés des céramistes de Montigny sur Loing.

Théodore Rousseau trouva son inspiration dans les sites variés de la forêt, près de Barbizon .

 

Haut de page

-------------